Foire aux questions

Nous répondons ici à vos questions sur l’agrandissement du port.

Pourquoi le port doit-il agrandir ses infrastructures?

Pour continuer d’être concurrentiel dans l’industrie internationale de la navigation maritime privée, le port d’Halifax doit être en mesure de permettre l’accostage d’au moins deux navires de la classe ultra. Nos infrastructures actuelles ne le permettent pas.

Quelles sont les conséquences de l’inaction?

Sans expansion des infrastructures, les activités commerciales du port ne pourront pas croître au même rythme que celles de ses concurrents. Les gros navires sont l’avenir. Si nous ne faisons pas en sorte qu’Halifax puisse les accueillir, ils nous abandonneront. La perte de clientèle pourrait être très lourde de conséquences pour l’économie d’Halifax, de la Nouvelle-Écosse et du reste du Canada.

Pourquoi maintenant?

L’industrie de la navigation maritime privée évolue à un rythme effréné; les navires de charge sont de plus en plus gros et les sociétés de transport maritime internationales mettent l’accent sur les ports capables de recevoir des navires de la classe ultra. La fenêtre favorable à la création de l’espace nécessaire pour permettre l’accostage d’un deuxième navire de la classe ultra se referme, car les sociétés de transport maritime internationales prévoient leurs itinéraires pour une période variant entre un an et cinq ans.

La construction d’un nouveau terminal ou les solutions provisoires auront-elles des conséquences pour le port?

Non, les activités du Port d’Halifax ne seront pas interrompues. Nous continuerons à utiliser l’infrastructure actuelle pour accueillir les marchandises et les bateaux de croisière. 

Quand une décision finale sur l’expansion à long terme sera-t-elle prise?

Nous espérons prendre une décision à propos de l’avenir de notre infrastructure dans un avenir rapproché. Nous sommes présentement à évaluer les options possibles de façon détaillée pour nous assurer de prendre la meilleure décision qui soit pour notre porte et notre communauté.

Qui paiera la facture de l’agrandissement du terminal à conteneurs South End?

Le port se chargera des coûts liés à l’agrandissement temporaire du terminal à conteneurs South End. Selon nos estimations, ce projet coûtera 35 millions de dollars.

De quelle façon le plan du port est-il arrimé aux initiatives locales, régionales et nationales?

La croissance de notre port s’inscrit dans un contexte de développement large. Nous harmonisons nos objectifs stratégiques avec des initiatives de grande envergure comme le plan d’aménagement municipal (Centre Plan) et la Stratégie de croissance pour l’Atlantique.

Pouvez-vous parler des possibilités que le comité et l’APH ont envisagées?

Lorsque nous avons lancé le processus, toutes les possibilités étaient sur la table. Nous nous sommes penchés sur 11 options, des deux côtés du port, et avons communiqué avec les intervenants pour obtenir leurs commentaires et n’oublier aucune avenue possible. Au cours des deux dernières années, nous avons travaillé avec des experts et des planificateurs pour étudier les avantages et les inconvénients de chaque possibilité de façon approfondie, et ce, tout en continuant de consulter les intervenants clés pour élaguer l’arbre des possibilités jusqu’à ne conserver que celles qui répondent le mieux à nos besoins opérationnels et aux besoins de la collectivité.

L’expansion sera-t-elle possible si le port d’Halifax n’obtient pas de financement de la part du gouvernement fédéral?

La capacité de continuer de traiter le fret associé aux porte-conteneurs de la classe ultra et d’en traiter davantage est un volet crucial des stratégies commerciales à long terme du Canada et nous continuerons d’aller de l’avant avec nos partenaires afin d’améliorer notre infrastructure. Nous étudions des possibilités qui nous permettront d’élaborer des plans et de développer nos infrastructures en respectant nos moyens financiers d’une façon qui incitera des investisseurs privés à monter à bord du projet.

Le port d’Halifax prévoit-il demander davantage de financement fédéral pour l’aménagement de ses infrastructures?

Absolument. Nous sommes très heureux d’avoir l’occasion de soumettre une demande dans le cadre du Fonds national des corridors commerciaux et nous apprécions l’appui que nous recevons de la part de nos partenaires et des intervenants locaux. Nous resterons à l’affût d’occasions de financement relevant de l’Initiative des corridors de commerce et de transport du gouvernement fédéral.

Qu’arrive-t-il au terminal à conteneurs Fairview Cove?

Le port poursuivra ses activités normales au terminal à conteneurs Fairview Cove, qui est exploité par Ceres Halifax.

Est-ce que la deuxième phase du projet d’expansion de l’infrastructure (agrandissement vers le nord du terminal à conteneurs South End) aura des répercussions sur les locataires actuels du terminal Ocean?

Nous sommes conscients de l’importance de ce terminal et des activités qui s’y déroulent et nous avons collaboré avec les locataires afin de déterminer comment ils pourraient poursuivre leurs activités pendant et après l’expansion.

Le projet perturbera-t-il les activités à l’élévateur à grain d’Halifax?

Nous reconnaissons l’importance de l’élévateur à grain d’Halifax, un actif national pour notre industrie agricole et nous sommes conscients de son utilisation. Nous avons collaboré avec l’exploitant et les locataires concernés afin de déterminer la façon dont on pourrait permettre la poursuite de leur travail pendant et après l’expansion.

Est-ce que les activités liées aux croisières qui ont lieu au port de mer d’Halifax vont changer?

Le port de mer d’Halifax accueille notre principal terminal pour navires de croisière et il continuera d’être le lieu d’accostage des grands navires de croisière.

Est-ce que le plan réduira la circulation de camions à Halifax?

Nous sommes conscients du fait que la circulation de camions est un enjeu. C’est pourquoi nous mettons en œuvre des mesures qui ont le potentiel d’avoir une incidence considérable sur le nombre de camions porte-conteneurs qui traversent le centre-ville. L’une de ces mesures est de déplacer les exportations et importations effectuées par camions depuis et vers le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard vers le réseau ferroviaire en aménageant une rampe à Moncton. Selon les prévisions, cette solution entraînerait une réduction de 10 % du nombre de camions circulant aux deux terminaux.

Travaillez-vous avec la MRH ou d’autres partenaires pour arrimer vos plans à d’autres projets?

Nous sommes ravis de faire partie du puissant mouvement vers l’avant qui émerge aux quatre coins de notre ville, de notre province et de notre région. Nous devrons croître et nous savons que nous ne pouvons pas le faire seuls. Nous avons travaillé avec des intervenants et des partenaires pour façonner notre avenir et harmoniser nos objectifs et nos priorités.